Blogueur et éditeur de sites

Le PBN idéal

Sommaire

En tant que SEO ou éditeur de sites, posséder son propre réseau de sites est un atout considérable. Que ce soit pour lui-même ou ses clients, son PBN sera un allié de taille pour prendre l’ascendant sur ses concurrents.

pbnidealseo

J’ai créé plus d’une dizaine de PBN de manière artisanale ces deux dernières années. Que ce soit pour mes clients ou pour moi-même.

Après avoir appliqué différentes stratégies et effectués différents tests, je pense avoir trouvé ce qui me convient le plus.

C’est ce dont va traiter cet article. Je vais vous dévoiler ma vision du PBN idéal. Certains seront d’accord avec moi, d’autre sans doute pas.

Mais avant, laissez-moi vous parler de ses différents objectifs et cas d’utilisations.

Cas d’usages et utilité d’un PBN

Les cas d’utilisations d’un PBN varient en fonction des objectifs de chaque éditeur de sites ou SEO.

Voici tout du moins les principaux :

  • Pousser un site en particulier
  • Gagner en indépendance en termes d’apport de backlinks
  • Obtenir des liens thématiques
  • Vendre des articles sponsorisés
  • Obtenir des liens inaccessibles à la concurrence…
  • Et donc prendre avantage

Les niveaux de sites (Tiers)

Comment vous parler de PBN sans aborder ses notions de niveaux ?

À savoir

Dans l’univers des PBN, il existe une notion de Tier de sites. En règle générale, ces niveaux vont du T1 au T3. Tier 1 étant le “grade” le plus élevé, il est censé être plus qualitatif que le T2, ce dernier étant plus qualitatif que le T3.

Plus on descend dans les niveaux, moins le site est qualitatif et plus le contenu et les méthodes employés sont crades.

differents niveaux dun pbn1

Pour être honnête, je connais peu d’éditeurs de sites possédant des PBN sur plusieurs niveaux. Il ne m’est arrivé qu’une seule fois de créer un T3, à des fins de tests. Je n’ai pas trouvé ça concluant. Ajoutez à cela les difficultés d’indexations que l’on connait actuellement et vous aurez perdu de nombreuses heures…

À présent, j’utilise et développe mes propres méthodologies et me suis donc éloigné de ces notions de Tiers.

Commençons sans plus tarder.

Le PBN idéal

Information

Je précise que j’expose dans cet article ma vision personnelle du PBN idéal, en fonction de mes propres expériences. Il serait prétentieux d’affirmer posséder la science infuse sur le sujet tant il y a à dire et à faire.

Pour un petit éditeur de sites tel que moi cependant, cette stratégie est très efficace et j’y trouve un excellent ROI.

Selon moi, un bon PBN est composé de différentes typologies de sites. Que ce soit au niveau de leur structure, mais également de leur thématique.

Par exemple, si je souhaite créer un PBN pour pousser un site traitant du marketing, j’irais créer des sites traitants, évidemment, du marketing, mais plus précisément nichés dans différentes thématiques comme : le copywriting, le design, le ecommerce, etc. Bref, tous les domaines qui s’y rapportent de près ou de loin.

L’idée est donc de créer un réseau de site complet et “naturel” couvrant pléthore de sujets liés au thème principal du site cardinal.

Concernant le contenu, je travaille à toujours y publier des écrits d’assez bonne qualité, quel que soit le site et son importance dans le réseau. Il est impératif que mes textes aient les armes pour s’immiscer dans le top 100, même si ce n’est pas un objectif partagé par tous mes sites.

Il y a deux raisons majeures à agir de cette façon :

  • Augmentation de la qualité du backlink ayant par conséquent plus d’impact
  • Possibilité accrue de vendre du lien

L’idéal est donc de créer des sites ayant un réel potentiel de grimper dans les résultats de recherche.

J’ai la même approche quant au design des sites. Même s’il n’est pas question d’engager un Webdesigner, j’estime qu’un design un minimum attractif apporte un gros plus à mon réseau. D’autant que c’est un aspect de plus en plus important pour nos clients et partenaires.

Concrètement, un bon PBN devrait être composé de différents profils de sites.

Évidemment, aucun de ces sites n’est linké entre eux si ce n’est pas naturel. Il ne s’agit pas uniquement de créer du lien pour créer du lien. Il faut que le réseau de sites respecte un schéma logique et primé de bon sens.

Il faut à tout prix éviter que tous les sites d’un même réseau soient similaires. J’y reviendrai plus tard.

Les 4 profils de mes sites PBN

Mon réseau de site est composé de 4 typologies différentes. Mais tous présentent ces caractéristiques :

  • Ultra thématisé
  • Contenu généré ou off-shore (toujours contrôlé pour mes clients)
  • Contenu visant systématiquement des mots-clés
  • Maillage interne logique et optimisé, afin de maximiser la transmission de jus
  • Identité visuelle unique
  • Présence des pages légales, bandeau cookies

Note sur la rédaction off-shore et générée : il est tout à fait possible d’obtenir de très bons résultats SEO avec. N’écoutez pas ceux qui disent le contraire.

Il est selon moi impératif de diversifier le profil de ses sites afin de garder un niveau de dissimulation aussi optimal que possible. C’est ici qu’entre en jeu mes différentes typologies.

Le haut de gamme

Le site PBN dit de haut de gamme est un site faisant preuve d’un visuel et d’une qualité de contenu de très bon niveau. Personne ne peut prétendre qu’il a été créé dans une stratégie de réseau de sites.

Ma typologie de site préféré, mais la plus couteuse en matière de temps et d’argent.

Ses caractéristiques :

  • Design très professionnel (joli logo, polices optimisées, ux soigné, thème premium)
  • Contenu de très bonne qualité
  • Un nom de domaine type “branding” ou EMD
  • Une architecture de site optimale

Pour un petit éditeur de sites, je recommande d’en avoir au moins un au minimum dans son PBN thématique. Ne serait-ce que pour sa capacité de vente de liens et sa capacité à générer des leads.

Le blog classique

C’est la typologie de site PBN classique. La plus répandue chez les éditeurs de sites (de ce que j’ai personnellement pu constater).

Ses caractéristiques :

  • Page d’accueil présentant les derniers articles
  • Design basique
  • Contenu généré ou offshore

Selon moi, ce n’est pas la plus optimale pour un site thématique. Ne serait-ce qu’en termes de maillage interne. Si certains éditeurs font l’effort de mailler logiquement les articles entre eux, ce n’est pas systématiquement le cas.

Cette typologie convient mieux aux sites généralistes de mon point de vue.

Globalement, cela fait quelque temps que j’évite cette typologie, qui ne présente pas autant de potentiel que celle dont je parle juste en après.

Le pousseur

C’est ma typologie de site PBN privilégiée.

Son objectif est clair : pousser un maximum. Et pour y arriver, rien de tel qu’un bon backlink en page d’accueil entouré d’un texte visant un mot-clé lié à la requête ciblé par le site linké.

Ses caractéristiques :

  • Page d’accueil de contenu, présentant un lien externe vers le site à pousser + liens internes
  • Menu de navigation avec ancres optimisées
  • Sidebar avec articles récents

Bien que cette typologie de site nécessite un peu plus de temps à mettre en place, c’est bien celle-ci qui m’apporte le plus de résultat.

Le site monopage

C’est une typologie assez commune. Rapide à mettre en place et relativement efficace, c’est une bonne manière d’obtenir des backlinks depuis une homepage à moindre coût.

Ses caractéristiques :

  • Une seule page, présentant un contenu éditorial faisant un lien externe
  • Pas ou très peu d’autres pages (c’est le but justement…)
  • Créé via un Builder de page, souvent disponible en natif chez son hébergeur ou créé via l’achat d’un template HTML

Stratégie que j’utilise lorsque j’ai des NDDs expirés que je n’utilise pas et/ou qui ne figurent pas dans mes stratégies actuelles. À mon sens quasi inutile sur un nom de domaine neuf sauf EMD (c’est débattable).

Très rapide à mettre en place, ce qui en fait un atout indéniable.

La taille du PBN

C’est une question qui revient assez souvent, généralement posée par les néophytes en référencement naturel.

Il faut bien admettre que c’est une question tout à fait légitime et qui fait sens. Bien que d’ordinaire, je n’ai pas à traiter cette interrogation car je travaille à 90% pour des SEO, je vais m’y tenter dans ce chapitre.

Étant moi-même SEO, je vous répondrai par cette dernière, bien connue de notre communauté : ça dépend

Pas de panique pour autant, je compte bel et bien vous aiguiller sur le sujet et ne saurais vous laisser pour compte.

Afin d’imaginer sa taille le plus précisément possible, il me semble primordial d’analyser le profil de lien de son site ainsi que celui de ses concurrents, afin d’y tirer certaines conclusions.

Loin de moi l’idée de vous expliquer la stratégie complète à mettre en œuvre en quelques lignes mais, voici tout du moins quelques questions à vous poser :

Combien ont-ils de backlinks ? De combien de sites différents ? Sont-ils thématisés ? Sont-ils de qualités ? Où en sont mes positions ? Et celles de mes concurrents ? Quel lien entre leurs positions et les miennes vis-à-vis de notre profil de liens ?

En fonction de ces résultats, il sera relativement simple de déterminer, en tout cas de manière préliminaire, combien de sites et de liens créer afin de, à minima, rattraper la concurrence.

C’est simple mais efficace pour commencer.

Mais qu’est-ce qui me dit que les outils détectent tous les liens de mes concurrents ?

Rien. Prenez les outils pour ce qu’ils sont : des outils. Exploitez-les au maximum en fonction de vos objectifs et vous pourrez avec une idée de ce que vous avez à faire. Mais n’oubliez pas, le meilleur outil que vous possédez reste votre bon sens. Utilisez-le sans modération.

Nom de domaine neuf ou expiré ?

Je vais vous la faire courte. Si vous pouvez opter pour un expiré : faites-le.

Mais il arrive que ce soit très compliqué d’en trouver dans certaines thématiques. Dans ce cas, je recommande de partir sur un EMD. Si vraiment pas possible d’en trouver un potable => opter pour un neuf incluant un mot-clé lié à la thématique.

Éviter les risques de pénalité pour son PBN

Ce n’est un secret pour personne. Il est contraire aux bonnes pratiques de Google de se constituer un PBN dans l’objectif de manipuler l’algorithme du moteur de recherche, en créant des liens artificiels.

En créant des backlinks depuis ces sites vers nos sites principaux, nous sommes donc susceptibles de recevoir une pénalité… Annihilant tous nos efforts effectués jusqu’ici.

Fort heureusement, il existe des méthodes pour limiter ce risque. Il n’est pas question ici d’aborder ce sujet de manière approfondie, mais de vous en exposer quelques principes.

Voici les 8 grands principes à respecter pour éviter une pénalité :

  1. Un site = une adresse IP unique dans la mesure du possible
  2. Thèmes WP diversifiés / CMS différents
  3. Diversification des mentions légales (🕵)
  4. Multiplicité des hébergements web
  5. Un minimum de qualité rédactionnelle
  6. Diversifier ses ancres !!!
  7. Éviter le trop crade

Si vous craignez qu’un concurrent vous balance à Google (le cas le plus fréquent de pénalité), vous devriez songer à bloquer les robots des outils SEO sur vos sites, afin d’éviter qu’on puisse facilement remonter votre réseau. Vous pouvez utiliser ce plug-in : StopBadBots

Le mot de Jérôme Pasquelin, expert en édition de sites et de vente de liens

Il y a plein de manières différentes de faire du PBN :  je vous donne 3 approches que j’ai qui ont un but long-termiste :  

  • Contenu de qualité (pas de traduction, ni génération de contenu auto, …) visant une requête internaute et avec un minimum de mots (entre 800 et 1500) sur l’article où va être mis le BL.
  • Cloacking uniquement sur mes projets persos mais pas sur mes clients : je n’ai jamais vu de différence ou eu de pénalité mais peut-être qu’un jour Google pénalisera  ça.
  • La majorité des NDD expirés que je rachète pour ça sont dans la même thématique ou le même univers. Si mon MS est dans la décoration intérieure, je vais rechercher des anciens sites dans cette thématique (Note : quand je parle de thématique, je parle de l’ancien contenu, pas du TTF Majestic ni des BL) et ensuite si je n’en trouve plus assez, je vais en acheter dans le même univers : bricolage, décoration extérieure, clôtures, jardinage, …

Retrouvez Jérôme Pasquelin sur son site https://jerome-pasquelin.fr

Le mot de Jacky Giang, propriétaire de la plateforme Linksgarden

J’ai eu l’opportunité d’échanger avec Jacky Giang, propriétaire de la plateforme Linksgarden, et voici ce qui est sorti de notre échange.

  • Selon lui, inutile de tomber dans la paranoïa de la pénalité, car se constituer un PBN n’est pas dramatique en soi. Dans tous les cas, Google peut assez facilement remonter un réseau.
  • Pour autant, il préconise d’être prudent et d’appliquer un maximum de recommandations citées dans mon article.

Je suis du même avis. De mon point de vue, il faut agir avec bon sens et ne pas abuser de cette pratique. C’est tout.

  • Afin de se dissimuler des outils SEO, il a une préférence pour le « cloaking fake down » et précise que, toujours selon lui, le blocage des robots dans le fichier robot.txt et .htaccess n’est pas suffisant.
  • Il ajoute également qu’il est préférable de ne pas installer d’outils Google sur ses sites PBN tel que le code de suivi GA et la Search Console.

Retrouvez la plateforme de netlinking de Jacky Giang sur https://www.linksgarden.com/

Conclusion

Pour résumer, je dirais quand dans la majorité des cas, créer des sites ayant un vrai potentiel de ranking est la meilleure approche pour son PBN. Je ne suis pas friand du spam zerg, mais ne décrie pas la pratique pour autant.

Chaque approche possède ses avantages et ses inconvénients, répondant à des objectifs différents. Je privilégie simplement la longévité et la pérennisation de mon réseau.

Pour conclure cet article, voici une anecdote amusante à propos de l’achat de liens et la création de liens artificiels : le site de Google Chrome s’est lui-même fait pénaliser pour avoir acheté un lien ! J’avoue avoir bien ris. Source : Abondance

Si vous êtes arrivés jusqu’ici, peut-être êtes-vous intéresser à vous constituer un PBN ? Découvrez mon service dédié juste ici :

Écrit par
Adrien Bur
S’abonner
Notifier de
guest
4 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
SEO Inside

Bon article. J’ajouterai deux nuances.
Les adresses IP: je pense que cela fait partie de la parano SEO. J’ai des centaines de sites, y compris PBN, sur la même IP, depuis des années, et sans aucune pénalité. Il n’y a pas de logique à craindre d’avoir une IP similaire. Le cloud fait que des milliers de sites ont la même IP.
Seconde nuance: même pour un T1, ne pas négliger le site basique en HTML, même avec 4 ou 5 pages, est toujours aussi efficace. Et particulièrement avec Bing.

Jojo

Merci pour l’article. Si j’ai un site A propre sans génération de contenu et autre spams qui fait des liens indirects vers tous les BL de du money site. Qu en penses tu ? A éviter ?

C’est moi !

Adrien Bur

Éditeur de sites et SEO en devenir. J'écris comme je parle. On est là.

Prenez note que

Ce blog est très récent. Pour cette raison, il se peut que quelques bugs subsistent encore. N’hésitez pas à me les faire parvenir en me contactant ici 🙂